• POUR FAIRE LE PORTRAIT D'UN OISEAU: poème de prévert

     

    Peindre d'abord une cage
    avec une porte ouverte
    peindre ensuite
    quelque chose de joli
    quelque chose de simple
    quelque chose de beau
    quelque chose d'utile
    pour l'oiseau
    placer ensuite la toile contre un arbre
    dans un jardin
    dans un bois
    ou dans une forêt
    se cacher derrière l'arbre
    sans rien dire
    sans bouger...
    Parfois l'oiseau arrive vite
    mais il peut aussi bien mettre de longues années
    avant de se décider
    Ne pas se décourager
    attendre
    attendre s'il le faut pendant des années
    la vitesse ou la lenteur de l'arrivée de l'oiseau
    n'ayant aucun rapport
    avec la réussite du tableau
    Quand l'oiseau arrive
    s'il arrive
    observer le plus profond silence
    attendre que l'oiseau entre dans la cage
    et quand il est entré
    fermer doucement la porte avec le pinceau
    puis
    effacer un à un tous les barreaux
    en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l'oiseau
    Faire ensuite le portrait de l'arbre
    en choisissant la plus belle de ses branches
    pour l'oiseau
    peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
    la poussière du soleil
    et le bruit des bêtes de l'herbe dans la chaleur de l'été
    et puis attendre que l'oiseau se décide à chanter
    Si l'oiseau ne chante pas
    c'est mauvais signe
    signe que le tableau est mauvais
    mais s'il chante c'est bon signe
    signe que vous pouvez signer
    Alors vous arrachez tout doucement
    une des plumes de l'oiseau
    et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

     

     

    Jacques PRÉVERT

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    7 commentaires
  •  

     

    citation illustrée d'alfred de musset : l'anémone

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    3 commentaires
  •  

     

    citation illustrée : coco chanel

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    1 commentaire
  • pour monia

     

     

    le petit cheval : poème ou chanson de georges brassens

     


    Le petit cheval dans le mauvais temps,
    Qu'il avait donc du courage !
    C'était un petit cheval blanc,
    Tous derrière, tous derrière
    C'était un petit cheval blanc,
    Tous derrière et lui devant !


    Il n'y avait jamais de beau temps,
    Dans ce pauvre paysage
    Il n'y avait jamais de printemps,
    Ni derrière, ni derrière
    Il n'y avait jamais de printemps,
    Ni derrière, ni devant.


    Mais toujours il était content,
    Menant les gars du village,
    A travers la pluie noire des champs,
    Tous derrière, tous derrière
    A travers la pluie noire des champs,
    Tous derrière et lui devant.


    Sa voiture allait poursuivant,
    Sa belle petite queue sauvage
    C'est alors qu'il était content,
    Tous derrière, tous derrière
    C'est alors qu'il était content,
    Tous derrière et lui devant.


    Mais un jour, dans le mauvais temps,
    Un jour qu'il était si sage
    Il est mort par un éclair blanc,
    Tous derrière, tous derrière
    Il est mort par un éclair blanc,
    Tous derrière et lui devant.


    Il est mort sans voir le beau temps,
    Qu'il avait donc du courage !
    Il est mort sans voir le printemps,
    Ni derrière, ni derrière
    Il est mort sans voir le beau temps,
    Ni derrière ni devant.

     

     

    le petit cheval : poème ou chanson de georges brassens

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    2 commentaires
  •  

     

    citation illustrée : le cirque

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires