• vendange : poème de josé maria de hérédia

     

     

     

    Vendange

    Les vendangeurs lassés ayant rompu leurs lignes,
    Des voix claires sonnaient à l'air vibrant du soir
    Et les femmes, en choeur, marchant vers le pressoir,
    Mêlaient à leurs chansons des appels et des signes.

    C'est par un ciel pareil, tout blanc du vol des cygnes,
    Que, dans Naxos fumant comme un rouge encensoir,
    La Bacchanale vit la Crétoise s'asseoir
    Auprès du beau Dompteur ivre du sang des vignes.

    Aujourd'hui, brandissant le thyrse radieux,
    Dionysos vainqueur des bêtes et des Dieux
    D'un joug enguirlandé n'étreint plus les panthères ;

    Mais, fille du soleil, l'Automne enlace encore 
    Du pampre ensanglanté des antiques mystères
    La noire chevelure et la crinière d'or.

     

     

     

    vendange : poème de josé maria de hérédia

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 13:31

    Beau poème pour les vendanges bientôt elles arrivent en effet 

    gros bisous 

    2
    Dimanche 6 Septembre 2015 à 20:08

    bonne soirée bizzz

    3
    Lundi 7 Septembre 2015 à 08:46

    bizz et bon lundi ensoleillé

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :